Le vol treuillé
00016.jpg Voir un parapente décoller au milieu de la plaine, c’est curieux, mais possible en décollage treuillé !

Quand les conditions de force ou de direction du vent ne sont pas favorables pour décoller à partir de sites naturels, la technique du décollage treuillé prend toute son importance. Le club a investi dans l’achat d’un treuil MOHAUPT, moteur diesel, pour l’économie et à double bobine, pour le rendement (1200 mètres de câble sur chaque bobine).
Tirés par un quad sur un chemin ou à travers une parcelle récoltée, avec l’accord des propriétaires, les deux câbles sont déroulés, du treuil vers l’aire de décollage. Le décollage aura lieu, comme toujours, le plus possible face au vent.

Le décollage au treuil, c’est un vol à 3 :

    • le pilote prend la décision du moment du décollage et de la technique choisie, face ou dos à l’aile. Il garde son cap, toujours aligné
    face au treuil, tout en gérant la course de son éventuel passager
    • le starter est placé à côté du pilote. C’est le guide et les yeux du treuilleur
    • et enfin le treuilleur qui applique la force adéquate pour réaliser l’envol.

Chacun est garant de la sécurité des autres. Tous les acteurs sont en contact radio (voir page 17/ La procédure de décollage / Dossier Tracté 2010 / FFVL).

Fin de l’ascension treuillée, le pilote décroche le câble du largueur. Le parachute de ligne s’ouvre pour ralentir la descente du câble, aussitôt ré enroulé sur la bobine du treuil...
le vol libre commence !
 


^ Haut ^